25/05/2007

Dédé Reynders et le murmure

 

Un ouvrage était titré récemment: "Didier Reynders, l'homme qui murmurait à l'oreille des riches".

C'est faux...

 

Quoique....

 

reynders-golf

 

Commentaires

883 millions ? " target="_blank">http://www.trends.be/articles/index.jsp?articleID=39814§ionID=1472&siteID=12"> Carlos Six (CD&V) remplace Jean-Marc Delporte (PS).
Le 5 octobre, nous révélions combien l'administrateur général des Impôts et des Recouvrements Jean-Marc Delporte (PS) était pointé du doigt dans l'audit interne des Finances portant sur l'erreur de 883 millions euros. Quelques jours plus tard, en commission des Finances, Didier Reynders (MR) a implicitement confirmé nos propos. Tout en clamant qu'aucune sanction ne serait prise. Or nous avons appris que depuis, le ministre avait frappé fort : le 11 octobre, il a signé un arrêté royal revoyant la répartition des compétences au sommet de l'administration des Finances. Ce texte devait être publié cette semaine au moniteur. Delporte y reste administrateur général en titre, mais _ grande nouveauté ! _ il perd son plus gros département, la fiscalité des entreprises et des revenus (l'AFER). Selon l'arrêté, celui-ci échoit à Carlos Six (CD&V), jusqu'alors administrateur pour les PME. Il devient en outre, et comme on le sait déjà, «chargé de la coordination de l'ensemble des travaux de taxation et d'enrôlement». Un signal de Reynders au CD&V ? Sûrement !
Ce n'est pas tout. L'audit commandé par le ministre laisse apparaître que Delporte a menacé les enquêteurs. Comme le confirme cet extrait : «Si on me cherche des misères, je ne me laisserai pas faire. J'ai assez d'amis députés qui me soutiendront.» Or, lors de la commission devant laquelle passait Reynders, le député CD&V Carl Devlies a distribué des statistiques confidentielles sur l'état d'avancement des enrôlements. Plus qu'un hasard, Devlies est Louvaniste comme Delporte et il est de notoriété publique que les deux hommes assistent ensemble aux mêmes matches de football. Confirmation aux Finances, à propos de cette fuite : «De fortes présomptions pèsent désormais sur l'administrateur général.» Lorsqu'on vous aura expliqué que ce dernier arrive à mi-mandat et qu'il sera évalué par son ministre avant la fin de l'année, vous aurez compris que Jean-Marc Delporte est dans une situation peu enviable...


" target="_blank">http://www.trends.be/articles/index.jsp?articleID=39664§ionID=1472&siteID=12"> Affaire des 883 millions euros : Jean-Marc Delporte en ligne de mire
Dans une interview publiée sur le site de nos confrères de Trends Magazine, le 19 septembre dernier, Jean-Marc Delporte, administrateur général des Impôts, s'était exprimé sur l'erreur de calcul d'impôts de ? 883 millions survenue au sein du ministère des Finances. Selon lui, elle avait été causée par le système informatique et ne devrait dès lors mener à aucune sanction disciplinaire. Le ministre des Finances, Didier Reynders, était sorti de ses gonds : il s'était fendu d'un communiqué musclé soulignant que le haut fonctionnaire n'avait à se prononcer ni sur l'enquête que lui-même avait diligentée et dont Jean-Marc Delporte faisait l'objet, ni sur la prise d'éventuelles sanctions.
Le ministre cherche aussi à savoir pourquoi cette bourde ne lui a pas été communiquée (ainsi qu'au président du comité de direction du SPF Finances, Jean-Claude Laes) avant le 29 août. En fait, sans l'affirmer officiellement, le vice-Premier n'a pas apprécié que Jean-Marc Delporte ait soutenu qu'aucun membre du gouvernement Verhofstadt n'avait été joignable, début août lors de l'analyse de la situation. Le ministre des Finances savait de quoi il parlait : contraint d'annuler ses vacances pour des raisons strictement privées, il était resté au pays, pouvant être contacté vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Quant à l'argument de Delporte selon lequel il n'était parvenu à joindre aucune autre Excellence, il est trop gros pour être pris au sérieux. Traduction par des officiels de la rue de la Loi : l'administrateur général des Impôts a tout simplement espéré que la bourde passerait inaperçue. Un peu risqué lorsque celle-ci pèse près d'un milliard d'euros !
Et voilà qu'au début de cette semaine, dans les couloirs du bâtiment des Finances, le North Galaxy, nous avons appris que l'enquête était ficelée. Elle viserait nommément Jean-Marc Delporte. Mieux, selon nos informations, la note confidentielle envisagerait même la possibilité d'ouvrir une procédure contre l'administrateur général. En effet, il apparaîtrait que celui-ci était bel et bien au courant de la situation : c'est donc volontairement qu'il aurait tardé à en avertir le ministre. Avec les conséquences budgétaires que l'on connaît?

Écrit par : himself | 01/06/2007

Les commentaires sont fermés.